Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
3 janvier 2015 6 03 /01 /janvier /2015 19:13

Grand Corps Malade à Conflans Ste Honorine le 6 décembre 2014.
En première partie l'humoriste marseillais Redouane Bougheraba. Il nous propose des sketchs bien ficelés, quelques uns un peu "hot" (j'allais écrire grivois mais ça fait ringard comme terme -quoi qu'il en soit quelques personnes dans la salle ont dû grincer des dents....) Presque un mois après je n'en conserve pas un souvenir impérissable, mais je me souviens qu'il m'avait fait rire ou sourire, effet que produit sur moi un humour subtil (et surtout pas des vannes bien grasses et lourdingues). Je crois me rappeler aussi qu'il faisiat preuve de pas mal d'autodérision.
C'est au tour de Grand Corps Malade de rejoindre la scène, accompagné de ses musiciens (Le fidèle Feed Back, Leslie Bourdin aux claviers, accordéon et choeurs, et un guitariste dont je n'ai pas retrouvé le nom). Il débute le concert avec Au théâtre, et nous présente donc le concert comme une pièce de théâtre en plusieurs actes. Il communique beaucoup avec le public, fait preuve d'humour et même entre les chansons, nous fait passer un bon moment. Côté set-list, il interprète la totalité de l'album Funambule (sauf La traversée), et me bouleverse avec Le bout du tunnel, chanson que je découvre ce soir, n'ayant pas l'album (la chanson retrace le parcours de so ami Laurent Jacqua). Course contre la honte est également un joli moment avec la voix de Richard Bohringer qui vient terminer la chanson et les mots pleins de respect que Grand Corps Malade a pour lui lorsqu'il nous dit qu'il tient à faire ce titre malgré l'absence de l'acteur. Pour les titres plus anciens, Roméo kiffe Juliette, Comme une évidence pour encore de l'émotion, Mental, Pères et mères (il me semble), Ma tête, mon coeur, Les voyages en train, Robin des bois (un titre qu'il dit "coécrit" avec son fils de 4 ans sous forme de dialogue père-fils, avec les questions que les enfants posent toujours aux adultes) et sa très belle reprise de La médaille, de Renaud.
Lorsque j'avais entendu Funambule pour la première fois, je m'étais dit que, si j'appréciais toujours ce qu'il faisait, Grand Corps Malade ne se renouvelait pas beaucoup dans les textes, parlant toujours de lui et de son parcours. Ce concert m'a fait prendre conscience qu'il s'est en revanche renouvelé côté musical, avec des accompagnements beaucoup plus riches et variés (influence d'Ibrahim Maalouf, qui a arangé le dernier album), qui apportent un très bel habillage à ses textes. Du coup, peu importe que les thèmes restent un peu les mêmes, il y a toujours de très bons jeux de mots sur certains titres (Les lignes de la main), et cette voix tellement reconnaissable. Ceux qui pensent qu'un concert de slam peut se révéler ennuyeux, détrompez-vous et allez vite vérifier sur scène que ce n'est pas le cas : avec son humour, ses accompagnements variés et ses musiciens charismatiques (Leslie Bourdin nous a fait bien rire sur Ma tête, mon coeur, le charisme de Feed Back n'est plus à démontrer), Grand Corps Malade a embarqué le public avec lui dans son théâtre et a reçu une standing ovation à la fin du concert. C'était la troisième fois que je le voyais, et c'était la meilleure de toutes. Si vous aimez l'artiste, ne ratez pas cette tournée : il y a encore pas mal de dates à venir en 2015.

PS : Je profite de cet article pour souhaiter à tous les lecteurs de ce blog une très bonne année 2015, qu'elle soit riche en jolies découvertes musicales, concerts, et autres découvertes artistiques.

Partager cet article

Repost 0
Published by isalil - dans Musique
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de isalil
  • Le blog de isalil
  • : Mes poèmes, mes coups de coeur, mes états d'âme, mes comptes rendus de concert et ma passion pour un artiste : Cali.
  • Contact

Recherche

Catégories