Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
5 octobre 2015 1 05 /10 /octobre /2015 16:20
L'âge d'or, un vent de folie et de nostalgie

Cali au Chevalet à Noyon le 1er octobre 2015.

En première partie, Joseph d'Anvers. Ca tombe bien, je connais quelques titres de cet artiste et j'avais envie de le voir en live. Il se présente seul avec sa guitare et une mini console, pour environ 30 mn d'un set bien plaisant, au cours duquel il nous interprète Petite, Tremble, Mon ange, Les amours clandestines, Marie, Ma peau va te plaire, Sweet sixteen. Il n'hésite pas à faire participer le public qui tape des mains et fait les chœurs à la demande.

L'âge d'or, un vent de folie et de nostalgie

C'est ensuite au tour de Cali d'arriver sur la scène. Nous entendons tout d'abord les premières notes de La vie quoi ! avant qu'il n'arrive lui-même. Je l'ai déjà vu deux fois cette année, mais je suis particulièrement émue. Peut-être parce que nous sommes dans la ville où je suis allée au lycée, ce concert a donc quelque chose d'un peu spécial. Dès le début de la chanson, le public se lève et ne s'assiéra quasiment plus, à part fugitivement sur quelques titres plus lents. Pas de slam d'entrée de jeu cette fois, mais un Cali qui descend dans le public et escalade les sièges (il le fera une deuxième fois pendant le concert, passant juste à côté de nous, avant le slam sur, je crois, 1000 cœurs debout. Après les titres du dernier album, qui débutent le concert, place à des chansons plus anciennes comme Je ne vivrai pas sans toi ou Je te souhaite à mon pire ennemi, sans oublier les classiques Je m'en vais (où il invite un petit garçon à monter sur scène), C'est quand le bonheur ou 1000 cœurs debout. Sans oublier Il y a une question où il fait toujours patienter et crier le public avant le premier "Approche." Il nous offre aussi de jolis moments d'émotion avec Ostende suivie de Giuseppe et Maria (avec une pensée pour les émigrants) ainsi que sur Tout ce qui ne reviendra plus. Parmi les titres interprétés, on retrouve aussi Le coeur chargé comme un fusil, C'était beau, Camarade, la très jolie Le grand chemin (en duo avec Robert Johnson, Coco, Mes vieux cinglés (sur celle-ci j'ai un doute), L'amour est éternel, Je sais ta vie, L'amour fou... ainsi qu'un couplet de L'eau vive en hommage à Guy Béart, et un couplet de La montagne de Jean Ferrat. Vient le moment du rappel, avec Elle m'a dit, La vie est une menteuse, et enfin L'âge d'or. Et cette fois, avec ma copine, nous sommes montées sur scène pour cette dernière chanson. Moment émouvant que cette magnifique version de L'âge d'or en piano-voix, avec nous tous assis sur la scène autour de Cali. Avant de quitter définitivement la scène, il entame a capella un couplet de Roberta, reprise en chœur par le public pour un autre joli moment.
On quitte la salle avec des étoiles plein les yeux, en ayant passé une excellente soirée avec un Cali survolté (à tel point que par moments je me dis quand même qu'il est fou), plein de fougue et d'énergie et qui a mis le feu dans la salle, mais a su aussi nous réserver de très beaux moments d'émotion. C'est le troisième concert que je fais sur cette tournée, et c'est celui que j'ai préféré.
Après le concert, Cali viendra assez vite dans le hall, se montrant comme à son habitude très disponible pour échanger quelques mots avec les uns et les autres, signer des autographes et prendre des photos. Tel l'artiste généreux qu'il est.

Partager cet article

Repost 0
Published by isalil - dans Musique
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de isalil
  • Le blog de isalil
  • : Mes poèmes, mes coups de coeur, mes états d'âme, mes comptes rendus de concert et ma passion pour un artiste : Cali.
  • Contact

Recherche

Catégories