Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
26 mai 2013 7 26 /05 /mai /2013 23:10

Pour le premier jour de l'édition 2013 des Zicophonies (24 et 25 mai 2013), c'est Cali qui est en tête d'affiche. Comme le veut la tradition, c'est un groupe picard qui assure sa première partie, et donc, ce soir, ce sont les Roomonfire qui ouvrent le bal.
http://fbcdn-sphotos-f-a.akamaihd.net/hphotos-ak-frc3/970522_10151646194372847_342327747_n.jpgLe groupe nous propose un mélange de pop et de rock, en anglais. Le tout est plutôt agréable à écouter, ce n'est pas totalement mon univers (je suis plus sensible aux chansons en français), mais ça se laisse écouter, et leur set tient bien la route malgré un petit souci technique au début.
Groupe à découvrir ici.

http://fbcdn-sphotos-c-a.akamaihd.net/hphotos-ak-ash3/947195_10151646216342847_1124385704_n.jpg

Le temps de retirer le matériel de Roomonfire de la scène, et c'est Cali qui arrive. Comme à Rouen, c'est d'abord le son de l'harmonica qui retentit, et l'arrivée de Cali qui nous interprète L'amour fou seul à la guitare pour être rejoint sur la fin par ses musiciens. Suivent Elle m'a dit qui met le public au diapason, puis L'amour est éternel. Et très vite un mini slam dans les premiers rangs, qui se termine par un Cali debout, porté à bout de bras par le public.
Les chansons s'enchaînent, alternant les titres qui font bouger, danser, sauter, et ceux qui nous clouent sur place d'émotion. Encore une fois, je suis à contre-courant sur Putain de vie où je reste immobile, les larmes au bord des yeux, quand tout le monde chante et tape des mains autour de moi.
Autres moments d'émotion sur Giuseppe et Maria et sur Une femme se repose.
Un premier départ de la scène le temps de changer de costume (et arrive le pantalon rouge), quelques chansons, puis un dernier rappel. Et au cours de tout ça, une traversée du public (en marchant) de mon côté, et un slam jusqu'au bar pour prendre une bière parce que se dépenser autant sur scène, ça donne soif ! Le concert se termine avec Happy end, où Cali joue une fois de plus le jeu lorsqu'on entend la voix de Bénabar (qui n'est pas présent...) et au cours de laquelle il invite une fillette à monter sur scène avec lui. Après le salut avec tous ses musiciens, Cali reste seul sur scène pour savourer encore les applaudissements, on le sent comme toujours heureux et ému, c'est un joli moment.
Au début et à la fin du concert, Cali le dédicace à Georges Moustaki, décédé quelques jours plus tôt, et avec qui il avait enregistré en duo Sans la nommer il y a quelques années.
Impossible de me souvenir de la playlist dans l'ordre, mais Cali nous a interprété l'intégralité de l'album Vernet les Bains, à l'exception de Est-ce que tu te souviens de ton premier baiser. Avec notamment de beaux moments sur Amour m'a tué très belle en version piano-harmonica, et Mon ami en duo de guitares avec Robert Johnson.
Et bien sûr, des chansons des albums précédents : L'amour fou, Elle m'a dit déà citées, mais aussi Comme j'étais en vie, Qui se soucie de moi, Je sais ta vie, Cantona, Giuseppe et Maria, Pensons à l'avenir (pendant laquelle il invitera à danser... un homme du public, Roger, que Cali connaît bien), Ma douleur, Mille ans d'ennui, Je m'en vais, Dolorosa, C'est quand le bonheur, 1000 coeurs debout.
A noter qu'il n'a pas chanté L'exil interprétée à Rouen, et remplacée sur les derniers concerts par Pablito, que nous n'avons pas eu non plus ce soir.
Ce fut une fois de plus un excellent concert, dont nous sortons avec des étoiles dans les yeux. Une femme rencontrée le lendemain, qui le voyait ce soir-là pour la première fois, a elle aussi adoré ce concert.

Partager cet article

Repost 0
Published by isalil - dans Musique
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de isalil
  • Le blog de isalil
  • : Mes poèmes, mes coups de coeur, mes états d'âme, mes comptes rendus de concert et ma passion pour un artiste : Cali.
  • Contact

Recherche

Catégories