Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
12 juin 2016 7 12 /06 /juin /2016 15:08

Thomas Fersen au Chevalet à Noyon le 20 mai 2016.
C'est un concert intimiste que nous propose Thomas Fersen, seul au piano. Exit donc les musiciens, Pierre Sangra, l'accordéon d'Alexandre Barcelona, et les autres. Un concert ? Pas seulement. Entre deux chansons, Thomas Fersen nous raconte plusieurs histoires, en rimes, interprétées avec un vrai talent de comédien. Le spectacle débute avec Le balafré, les titres s'enchaînent, alternant donc avec les histoires rimées. Parmi les titres interprétés : Les pingouins des îles, Croque, Zaza, Pégase, La chauve-souris, J'suis mort, Félix (avec une pointe d'humour à la fin où il invite certains à aller relire la biographie de Félix Faure), Chocolat, Diane de Poitiers, Mais oui mesdames, Viens mon Michel, Les cravates, Punaise, Le chat botté - qui sonne pour moi tout particulièrement car c'est dans cette salle que je l'ai entendue pour la première fois, en 2001, alors que le titre n'existait pas encore sur album -, Cosmos, Parfois au clair de lune, Les malheurs du lion et quelques autres.
Côté histoires : Dans l'bois, La pelle, et d'autres encore dont je ne connais pas les titres.

Le chanteur nous a fait passer une très bonne soirée, alors pourquoi en suis-je sortie avec un sentiment de frustration ? Probablement parce que la multiplication des histoires a laissé moins de place aux chansons, quand j'aurais aimé en entendre plus. Et aussi parce que le violon ou l'accordéon manquaient un peu. Enfin, parce que j'avais tellement adoré la tournée qui avait suivi l'album Je suis au paradis que ce soir-là j'attendais autre chose. Alors, si Thomas Fersen nous proposait un spectacle composé uniquement de ces histoires rimées qu'il interprète si bien, j'y courrais sans hésiter. Mais je souhaite aussi le revoir en concert accompagné de ses amis musiciens, et avec davantage de chansons.

Repost 0
Published by isalil
commenter cet article
29 mai 2016 7 29 /05 /mai /2016 16:50
Jeudi soir sur la Terre

Francis Cabrel à Amiens le 10 mars 2016.
En première partie, Laurent Lamarca. Seul avec sa guitare, le chanteur parvient cependant à faire participer jusqu'en haut du Zénith un public qui à la base n'est pas venu pour lui. Rien que ça, c'est à saluer. Il nous interprète entre autres Comme un aimant (il me semble que c'est sur ce titre qu'il nous a fait chanter), Taxi, Le vol des cygnes. Un bon moment pour ouvrir la soirée.

Jeudi soir sur la Terre

Vient ensuite le tour de Francis Cabre. On m'avait dit "ce n'est pas la peine d'aller le voir sur scène, c'est a même chose que sur CD" (en gros) mais ne l'ayant vu qu'une seule fois il y a bien longtemps, je voulais me faire ma propre opinion. Et je ne l'ai pas regretté. Certes, il y a peu de variations dans le chant par rapport aux versions studio. Mais les orchestrations sont différentes, et le chanteur montre une belle complicité avec ses musiciens (claviers, contrebasse, accordéon, violon sur certains titres...) Parmi les chansons interprétées, on en retrouve un certain nombre du tout dernier album In extremis (Dur comme fer ; Partis pour rester ; Mandela, pendant ce temps ; La voix du crooner...) mais aussi des classiques incontournables comme Petite Marie, Je l'aime à mourir ou La dame de Haute-Savoie. African Tour prend une résonance toute particulière, Hors saison (ma préférée de Cabrel) nous est offerte dan une très jolie version. Je retrouve également avec plaisir des titres plus anciens et pas forcément attendus tels que La fille qui m'accompagne ou Pleure pas petite sirène, deux chansons que j'aime beaucoup, ainsi que, plus récente, Les gens absents.
La présence d'écrans de chaque côté de la scène nous permet de voir les artistes de plus près, même du haut des gradins, et les jeux de lumière sont magnifiques. Le chanteur nous offre donc un bon concert et une très belle soirée.

Repost 0
Published by isalil - dans Musique
commenter cet article
24 avril 2016 7 24 /04 /avril /2016 15:56
Chienne de vie

Zoufris Maracas au Palace de Montataire le 26 février 2016.
Je ne connaissais le groupe que de nom, et avais juste entendu un ou deux titres avant le concert. Ils nous offrent une musique festive qui fait lever le public dès les premiers titres. Trompette et accordéon viennent apporter juste ce qu'il faut de swing. Le chanteur ne cesse de chambrer le public avec "les places à 4€" (la salle propose un tarif de 4€ le billet pour les demandeurs d'emploi). Les textes sont bien ficelés, souvent engagés mais laissant aussi parfois place à l'émotion Bras ballants). On passe donc une bonne soirée, on est souvent debout, on bouge, on danse... et ça balance !

Parmi les titres interprétés (liste non exhaustive) : Un gamin, Et ta mère, Bande de moules, Nanotechnologie, Chienne de vie, Mazunte, Le choix et l'avantage, 4 planches, Poulet, Pacifique, Cocagne, Les cons, Prison dorée, Le peuple à l’œil, La fée électricité, Chabada.
Un groupe sympathique pour une belle soirée.

Repost 0
Published by isalil
commenter cet article
17 avril 2016 7 17 /04 /avril /2016 16:08

Journal d'un vampire en pyjama, c'est le tout dernier roman de Mathias Malzieu. Il y raconte son combat contre l'aplasie médullaire, maladie du sang (rare) dans laquelle la moelle osseuse ne parvient plus à fabriquer les cellules souches sanguines (globules blancs et rouges, plaquettes), et qui aurait pu lui coûter la vie.

Tous les romans de Mathias Malzieu sont plus ou moins autobiographiques, mais celui-ci l'est davantage que les autres. Et, surtout, les parts de vie qu'il y livre me sont plus familières, lorsqu'il parle de la préparation puis de la promo du film Jack et la mécanique du cœur, par exemple. Cela n'empêche pas la poésie d'y être présente autant que dans ses autres livres, lorsqu'il parle de cellules hématopoétiques (pour hématopoïétiques), de nymphirmières ou qu'il évoque Dame Oclès, qui brandit son épée au-dessus de sa tête.
C'est un roman sur la maladie, mais ce n'est jamais un roman triste ou qui sombre dans le pathos. Les différents épisodes, l'évolution de la pathologie, les séjours à l'hôpital en chambre stérile, y sont contés parfois avec humour, et toujours avec cette poésie qui caractérise l'auteur. Une fois de plus, j'ai adoré ce roman, qui confirme que Mathias Malzieu est mon auteur contemporain préféré.

Repost 0
Published by isalil - dans Lectures
commenter cet article
3 avril 2016 7 03 /04 /avril /2016 16:11
On court après le bonheur

Miossec à Creil (La Grange à Musique) le 13 février 2016.
Miossec en version intimiste, en tout petit ensemble (Mirabelle Gilis au violon et à la mandoline, Johann Riche à l'accordéon, et Leander Lyons à la guitare et à l'orgue), pour nous présenter ses chanson à venir (sortie de l'album le 8 avril prochain). Au programme, donc, beaucoup de chansons qui nous sont encore inconnues, mais aussi quelques classiques. Le concert débute avec Après le bonheur, et les titres s'enchaînent. L'accordéoniste est virtuose, la violoniste n'est pas en reste, nous découvrons les titres les oreilles grandes ouvertes, et l'émotion parfois nous saisit (Vie vole, ma chanson coup de cœur du soir). Miossec en toute intimité est beau, toujours réservé mais communicant cependant avec le public. Cette fois, il est assis, donc pas de pied de micro culbuto, mais toujours cette timidité palpable.
Parmi les titres interprétés, Après le bonheur, L'innocence, Alouette, Papa, Le défroqué, Vie vole, Nuit bleue, Cascadeur, Les écailles (plus une ou deux au début). Et, en rappel, Les bières aujourd'hui s'ouvrent manuellement, une très jolie version de Brest, Les mouches et Je m'en vais. Comme le public en redemandait, les artistes nous ont rejoué le début du concert (Après le bonheur et quelques autres), n'ayant pas répété d'autres chansons dans cette configuration. Ils nous auraient refait une deuxième fois l'intégralité du concert que cela ne m'aurait pas gênée, tant ce fut un bon moment. Un concert agréable, un Miossec dans l'émotion, et une soirée qui donne envie de découvrir bien vite le nouvel album.

Repost 0
Published by isalil
commenter cet article
21 mars 2016 1 21 /03 /mars /2016 16:19

Luciole et Claire Diterzi au Palace de Montataire le 28 janvier 2016.
C'est Luciole qui ouvre le bal, artiste fraîche, souriante et sympathique. J'avais déjà entendu parler d'elle, écouté deux ou trois trucs, et avais très envie de la découvrir. Je ne suis pas déçue. Elle nous distille ses chanson d'une voix douce, bien accompagnée par ses musiciens, et nous fait passer un très bon moment. Parmi les titres interprétés (je ne me souviens pas de tout), on note C'est comme, Une, Demain je serai femme (très belle), La clé du problème, J'attends.

Voici venu le tour de Claire Diterzi. J'avais lu beaucoup de bien de cette artiste dans Télérama, j'avais donc écouté, mais je n'ai pas aimé sa voix trafiquée, très aiguë, et les sonorités électro. Ce soir, c'est essentiellement pour Luciole que je suis venue. L'un des premiers titres interprétés me conforte dans l'idée que je ne vais pas trop aimer ce concert, mais la suite me surprend agréablement. Elle nous interprète L'avantage avec les animaux c'est qu'ils t'aiment sans poser de question (cette chanson contient précisément ce que je n'aime pas chez elle), Tu voles de mes propres ailes, Seconde nature, Envoie le steak, Infiniment petit, Je suis un pédé refoulé, La broche (et quelques autres). En réécoutant quelques titres pour rédiger ce compte rendu, je me rends compte que je la préfère en live plutôt qu'en CD.
Entre ses titres, elle fait preuve d'un humour plutôt caustique.
Bref, si deux mois après elle ne m'a pas laissé un souvenir impérissable, je n'ai en tous cas pas passé un mauvais moment ce soir-là.

Voir les commentaires

Repost 0
Published by isalil
commenter cet article
20 mars 2016 7 20 /03 /mars /2016 16:47
Derrière les mots

Alain Souchon et Laurent Voulzy au Zénith d'Amiens le 13 janvier 2016. Avant le concert, les artistes rendent à leur manière un hommage à David Bowie, disparu quelques jours plus tôt, puisque ce sont ses chansons qui sont diffusées en "musique d'attente."
Une fois n'est pas coutume, je ne suis pas devant mais au contraire tout en haut du Zénith (les places plus près étaient trop chères à mon goût...), du coup vus d'ici les chanteurs mesurent maximum 10cm de haut et ressemblent à des fourmis. Ce qui ne m'empêche pas d'apprécier le concert, même si l'on peut déplorer l'absence d'écrans géants bien pratiques quand on est aussi loin. Les chanteurs alternent les titres de leur album en duo et les titres de l'un ou l'autre, la plupart du temps à deux sur scène mais parfois aussi en solo.
Parmi les titres interprétés, côté album duo on aura Derrière les mots, L'oiseau malin, Bad boys, Souffrir de se souvenir, ou encore La baie des fourmis. Pour les chansons de Laurent Voulzy, on note entre autres Bubble gum, Cœur grenadine, Le pouvoir des fleurs ou encore Rock collection, Jeanne, ainsi que Belle île en mer sur le rappel. Enfin pour ce qui concerne Alain Souchon, on retrouve avec plaisir La ballade de Jim que j'aime beaucoup, Et si en plus il y a personne qui prend une résonance particulière et émouvante deux mois jours pour jour après les attentats de Paris, mais aussi Allô maman bobo, Bidon, C'est déjà ça, Ultra moderne solitude et Foule sentimentale. Sans compter les titres dont je ne me souviens pas.
J'avais déjà vu Alain Souchon sur scène par deux fois (la dernière, 6 ans plus tôt au même endroit), Laurent Voulzy seul ne m'aurait pas fait déplacer même si j'aime plutôt bien ses chansons. Voir les deux ensemble fut un beau moment. Ces deux-là se connaissent et travaillent ensemble depuis des années, il en résulte une belle complicité entre eux, palpable sur scène, y compris dans les moments où ils se chambrent un peu entre deux titres.
Bref, j'ai vu des fourmis chanter, mais c'étaient de belles fourmis et un beau moment. Ils clôturent le concert avec White is white pour un hommage à Michel Delpech.

Repost 0
Published by isalil - dans Musique
commenter cet article
6 mars 2016 7 06 /03 /mars /2016 17:07
L'âge d'or, une dernière fois...

Cali à la Maison de la Culture d'Amiens le 4 décembre 2015.

La tournée se termine dans deux semaines à Perpignan, et pour moi ce soir c'est la dernière fois. Depuis le premier rang du balcon qui m'offre une jolie vue d'ensemble sur la scène, les jeux de lumière et les photos en fond de scène.
Le concert ne diffère pas beaucoup des précédents, avec un mini slam d'entrée de jeu sur La vie quoi ! et un Cali plein d'énergie mais capable aussi de nous offrir de beaux moments d'émotion sur Ostende, Giuseppe et Maria ou Tout ce qui ne reviendra plus.
Côté moments particuliers, on note comme à Argenteuil une Roberta sur scène pour Je m'en vais, une escalade du balcon (juste à côté de moi) et une invitation du public à le rejoindre au bar lors du slam sur 1000 cœurs debout (et là je me dis que ce mec doit être un cauchemar pour les services de sécurité).
Et puis, ce soir là, nous avons eu droit à un moment unique, avec The Flying Bastards, soit une formation composée des techniciens de Cali (Sam Corbay au chant, Stéphane Blanc à la basse, Moon à la batterie, Hubert Frakoviak à la guitare et Stéphane Lemay au clavier), ui nous ont interprété What a wonderful world façon Joey Ramone. Certains, ayant vu la vidéo de leur prestation, ont crié au massacre de cette très belle chanson; pour ma part depuis le public c'était vraiment un moment très sympa de voir pour une fois les techniciens sortir de l'ombre et être mis en avant. Je vous laisse juger en vous proposant la vidéo à la fin de cet article. (et voici la version par Joey Ramone qui est également une version rock de la chanson, pour comparaison).
Après cet intermède, retour sur scène de Cali et ses musiciens pour la suite du concert (et retour des techniciens à leurs postes respectifs). Concert qui se termine, pour la dernière fois, par Le cœur chargé comme un fusil suivi de L'âge d'or en piano-voix, toujours très émouvante, avec le public sur scène. Pour la dernière fois, avec forcément déjà un peu de nostalgie.

Repost 0
Published by isalil - dans Musique
commenter cet article
28 février 2016 7 28 /02 /février /2016 20:42

Loïc Lantoine et The Very Big Experimental Toubifri Orchestra à Beauvais le 22 novembre 2015.
The Very Big Experimental Toubifri Orchestra, ce sont 17 musiciens dirigés par Grégoire Gensse. Essentiellement des bois et cuivres (façon fanfare), mais également clavier, ukulélé, percussions, guitare et basse, avec des influences jazz.
Ils apportent une nouvelle dimension aux chansons de Loïc Lantoine, que l'on a davantage l'habitude d'entendre en version assez épurée (contrebasse, guitare, batterie).
Pour le reste, on retrouve le nordiste comme à son habitude, qui parle beaucoup entre les chansons et fait preuve d'humour. Loïc Lantoine, c'est un mec, il t'émeut avec ses chansons, et puis il te fait rire avec les conneries qu'il raconte entre deux. Côté émotion, il nous fout les poils avec Aux étoiles, Pierrot ou Chacun sa tronçonneuse. Et puis cette phrase dans La nouvelle qui prend ce soir un sens tout particulier : "On en a bouffé de l'immonde..."
Trois mois après, j'ai oublié la setlist (juste qu'il y avait les titres déjà cités, Nny et Cosmonaute, Jour de lessive, Bréhal, La hache...), mais je me souviens d'avoir passé un très bon moment. Loïc Lantoine, c'est un Pierrot lunaire avec l'air de s'excuser d'être là, un accent ch'ti dont il joue à la perfection et une bonne dose d'humour, c'est la tendresse dans les chansons et l'amitié qui vibre fort.

Repost 0
Published by isalil
commenter cet article
21 février 2016 7 21 /02 /février /2016 21:35
Jolis métissages

Toma Sidibé et Orange Blossom au Palace de Montataire le 21 novembre 2015. Toma Sidibé est né en Côte d'Ivoire et a grandi à Amiens. Une belle richesse culturelle pour ce blanc qui se définit comme Afro-picard et qui peut tout aussi bien parler avec l'accent picard que chanter en bamanan (l'une des langues du Mali, où il a également vécu). En résulte une musique festive et métissée, aussi bien dans les sonorités que par l'intermédiaire des instruments et musiciens présents sur scène (Ulmart Diazabakena à la guitare et au chant, Siaka Diarra aux percussions -djembé-, balafon et chant, Jî Drû à la flûte et au chant, Jilali Houchi et son keffieh saoudien à la basse, au beat-box et au chant, et Bertrand Péquériau à la batterie et au cavaquinho).
Le chanteur nous interprète plusieurs titres de son répertoire, parmi lesquels Afro-picard, Comment faut-il faire, Petit guerrier, Amadou Falato ou Miss Diallo.

Jolis métissages

C'est ensuite Orange Blossom qui investit la scène. Là aussi, un groupe fait de métissages avec un violoniste et un bassiste français, un batteur d'origine mexicaine, un percussionniste ivoirien et une chanteuse égyptienne. Le tout pour nous proposer une musique entre électro, rock, et musique orientale (pour e qui est du chant). Bien que n'étant habituellement pas fan du chant "arabisant", ici cela ne m'a pas dérangée, d'autant que la chanteuse a une très jolie voix. JP Chabot, le violoniste, est impressionnant de virtuosité et sacrément charismatique. Je ne saurais vous citer les chansons qu'ils ont interprétées, à l'exception de Ya sidi, mais j'ai en tous cas passé un bon moment.

Huit jours après les attentats qui nous ont tellement marqués en attaquant les amoureux de la vie, de la fête et de la musique, cette soirée a fait un bien fou et fut la preuve que, si on unit nos différences au lieu d'en faire un prétexte à la haine et au rejet de l'autre, on peut obtenir un très beau résultat.

Repost 0
Published by isalil - dans Musique
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de isalil
  • Le blog de isalil
  • : Mes poèmes, mes coups de coeur, mes états d'âme, mes comptes rendus de concert et ma passion pour un artiste : Cali.
  • Contact

Recherche

Catégories