Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
23 décembre 2012 7 23 /12 /décembre /2012 17:39

Cali à Amiens le 15 décembre 2012.
http://fbcdn-sphotos-b-a.akamaihd.net/hphotos-ak-ash3/66739_10151321086792847_575214679_n.jpgDernière date officielle de la tournée L'autre vie, avant un retour en 2013 pour une tournée électrique.
Une dernière date, c'est toujours un peu spécial... Tout d'abord, pour débuter le concert, Steve Nieve demande trois notes au public, et improvise son intro, "pour Cali", à partir de ces trois notes.
Et puis, le concert est émaillé de surprises réservées par les fans. Du rire lors de quelques lancers de canards sur scène, sur Il y a une question quand Cali chante "Où vont les canards quand il fait trop froid". De l'émotion, quand sur Giuseppe et Maria ce sont des dizaines (centaines ?) de petites lumières qui s'allument dans le public.
Cali aussi nous réserve des surprises, lorsqu'il fait monter sur scène 5 jeunes http://fbcdn-sphotos-f-a.akamaihd.net/hphotos-ak-ash3/533480_10151321086647847_844835693_n.jpgfans (sur Roberta, je crois), qui reprennent avec lui les "lalala", puis qui sont invités autour du piano à jouer chacun une note. Joli moment, qui démontre toute la générosité de l'artiste.
D'autres surprises encore émailleront le concert, comme ces coeurs brandis sur 1000 coeurs debout.
Coté setlist, nous aurons cette fois encore, en plus des titres habituels quelques chansons du nouvel album (les mêmes qu'à Chauny).
Pour les chansons tournantes, ce sera La fin du monde pour dans dix minutes et, pour clôturer le concert, L'amour parfait, chanson génératrice d'émotion pour moi.
De l'émotion, il y en aura aussi sur Je rêve de voir l'été, L'affiche rouge, Giuseppe et Maria (avec les lumières qui rendent ce moment encore plus fort), Une femme se repose, et quelques autres titres.
Et puis, il y a toujours ces chansons qui nous font taper des mains, chanter, sur lesquelles l'artiste met une ambiance de feu dans le public.
Un public qui ne s'y trompe pas, puisque dès que la musique s'emballe (sur Je sais ta vie, quatrième titre du concert), il se lèvera, des gens descendront même les gradins pour se rapprocher de la scène, et nous resterons debout jusqu'à la fin du concert.
Un concert moins intense que celui de Chauny il y a deux semaines, mais toujours beau, toujours générateur d'émotions... et Steve Nieve pour la dernière fois, qui nous manquera tant son talent a illuminé cette tournée où sur scène nous n'avions pas simplement un chanteur, mais deux artistes qui partageaient, entre eux et avec le public.

Repost 0
Published by isalil - dans Musique
commenter cet article
23 décembre 2012 7 23 /12 /décembre /2012 15:44

Oldelaf au Palace de Montataire le 7 décembre 2012.
http://fbcdn-sphotos-h-a.akamaihd.net/hphotos-ak-snc6/196137_10151321009922847_2079558586_n.jpgEn première partie, Tonton, un artiste local, qui nous propose 4 ou 5 titres plutôt sympathiques. On sent une certaine maladresse dans l'interprétation, mais le tout reste tout à fait honorable, et devrait se bonifier avec le temps.
Vient ensuite Oldelaf, qui démarre le concert avec Le monde est beau. Et c'est parti pour un moment de rires, d'humour, de folie et parfois de grand n'importe quoi. Les chansons s'enchaînent, bien ficelées, souvent humoristiques et pleines de dérision, mais pas seulement. Entre les titres, les musiciens nous jouent leur numéro. Parmi eux, deux frères (Charles et Alain Berthier) dont l'un, surdoué, nous récite son savoir encyclopédique tandis que l'autre, schizophène, se prendra tour à tour pour Patricia Kaas, Johnny et quelques autres. Amaury, ex-batteur de Michel Sardou, joue les stars capricieuses et provoquera quelques engueulades sur la scène, qu'il quittera même à un moment pour "retourner jouer avec Michel." Enfin, le quatrième, Jacques, se montre particulièrement affectueux... Plus qu'un concert, c'est donc à un véritable spectacle que nous assistons, pliés de rire bien souvent devant les facéties du chanteur et de ses acolytes.
Le spectacle nous réserve cependant quelques moments plus en douceur et émotion, sur des titres comme Danse ou Les mains froides
Côté playlist, ils nous ont interprété Le monde est beau, Raoul mon pitbull, Nathalie (mon amour des JMJ), Sparadrap, La tristitude, Courseulles-sur-Mer, Danse, Vendredi, Les mains froides, J'ai chaud, Barres technos (excellent morceau où les musiciens réussissent la prouesse de jouer les human beat boxes en citant des noms de barres chocolatées !), Bérénice, La jardinière de légumes, Le testament, Le café, Le crépi...
http://fbcdn-sphotos-g-a.akamaihd.net/hphotos-ak-prn1/546876_10151321015852847_969369241_n.jpgPour terminer le concert, les artistes descendent dans la salle et viennent jouer au milieu du public, pour un moment sympathique.
Et l'on ressort de là en ayant beaucoup ri et passé un bon moment.

Repost 0
Published by isalil - dans Musique
commenter cet article
23 décembre 2012 7 23 /12 /décembre /2012 15:19

Cali à Chauny le 1er décembre 2012.
http://fbcdn-sphotos-e-a.akamaihd.net/hphotos-ak-ash4/382069_10151298366717847_901895639_n.jpg6e date de la tournée L'autre vie pour moi, après 7 mois d'interruption. Un concert riche en émotions, et différent des précédents à plusieurs égards.
La première partie du concert est conforme aux dates précédentes, mais ensuite, Cali y introduit quelques chanson du tout nouvel album, Vernet les Bains (du nom de son village natal), sorti cinq jours plus tôt. Les larmes roulent sur mes joues lorsqu'il chante Je rêve de voir l'été, magnifique chanson sur la fin de vie, bouleversante mais sans pathos. Du nouvel album, il nous proposera également L'amour est éternel, Mes vieux cinglés, Une femme se repose (encore un très joli texte et un beau moment d'émotion), Ce soir je te laisse partir (?) et Est-ce que tu te souviens de ton premier baiser.
Des larmes encore, j'en aurai sur l'enchaînement L'affiche rouge / L'espoir, et, sur quelques autres titres, elles resteront au bord de mes paupières, mais ne seront pas bien loin.
N'allez pas croire pour autant que ce concert était triste ! J'ai en effet eu une explosion de rire (et Cali un fou-rire), Cali était déchaîné et nous a même proposé une danse de l'indien, du jamais vu sur ses concerts.
Côté changements, plus de lettre à Roberta avant le début de la chanson, et le concert, de par l'introduction des nouveaux titres dure plus longtemps (au moins 2h30), pour notre plus grand bonheur.
C'est un bonheur aussi, de retrouver Steve Nieve (absent sur la dernière date que j'avais faite, à Taverny), avec toute sa fougue et la grande subtilité de son jeu. La musique d'intro du concert n'est plus la même. Au fil des chansons, il intègre au répertoire de Cali un morceau de Satisfaction, et toujours le prélude de Bach.
Cali, lui aussi, nous introduit des extraits d'autres chansons (de son répertoire... ou d'autres artistes) au sein de ses titres. Ainsi, sur Je m'en vais, nous aurons entre autres un passage du Je m'en vais de Miossec, et de Pars, de Jacques Higelin (dont il interprète également un extrait de La croisade des enfants).
Pour clore le concert, Steve Nieve nous interprète un très beau titre, qu'il joue comme un cadeau pour Cali.
On sort de la salle en étant passé par toutes les émotions, en se sentant infiniment vivant. Une fois de plus les deux artistes nous ont offert un magnifique concert.

 

Repost 0
Published by isalil - dans Musique
commenter cet article
23 décembre 2012 7 23 /12 /décembre /2012 14:36

Spectacle jeune public Filopat et cie, par David Sire et Pierre Caillot, au Palace de Montataire le 24 novembre 2012.
http://fbcdn-sphotos-b-a.akamaihd.net/hphotos-ak-ash4/479757_10151286155467847_813720302_n.jpgLe spectace est un ciné-concert, sur les films d'animation de Günter Rätz. De belles images qui nous donnent à voir un univers très poétique, joliment accompagnées par la musique et les textes de David Sire, adaptés au jeune public sans pour autant tomber dans la mièvrerie. Le tout assorti d'un petit passage pédagogique sur le fonctionnement du cinéma.
45 mn de bonheur pour nous transporter dans un univers poétique et onirique. A en croire les rires d'enfants que j'entendais derrière moi, je ne suis pas la seule à avoir apprécié ! Un très joli spectacle pour les petits... et pour les grands qui ont gardé une âme d'enfant.
Extraits :

Repost 0
Published by isalil - dans Musique
commenter cet article
28 novembre 2012 3 28 /11 /novembre /2012 00:30

Soirée de clôture du festival Picardie Mouv' 2012 au Zénith d'Amiens le 17 novembre 2012.
La soirée commence avec Sobo, un groupe picard qui chante en anglais sur une musique assez rock. Ce n'est pas tellement ma came, ils ne m'ont pas laissé un grand souvenir.
http://fbcdn-sphotos-d-a.akamaihd.net/hphotos-ak-prn1/59654_10151278838732847_1977782331_n.jpgC'est ensuite les Skip the use qui prennent place sur scène. On m'avait dit qu'ils étaient énormes en live, et je ne peux que me rendre à l'évidence : le chanteur est un véritable showman, plein d'énergie, et bien que je ne sois pas vraiment fan de ce type de musique, impossible de ne pas bouger, danser, crier. Et quand vient le célèbre Ghost, c'est l'apothéose. Ils m'ont fait passer un très bon moment, et je ne regrette absolument pas de les avoir vus. A essayer au moins une fois dans votre vie !http://fbcdn-sphotos-a-a.akamaihd.net/hphotos-ak-snc7/484911_10151278841232847_1987731572_n.jpg
Le show continue avec les Dionysos et leur Bird n'Roll. C'est pour eux que je suis là, et je ne suis pas déçue. Dans un décor soigné avec miroirs et images projetées, ils arrivent sur scène, Mathias Malzieu coiffé d'une tête d'oiseau. Les chansons se succèdent, le chanteur déploie l'énergie qu'on lui connaît, n'hésitant pas à se jeter http://fbcdn-sphotos-a-a.akamaihd.net/hphotos-ak-ash4/417027_10151278842477847_456721061_n.jpglittéralement dans le public pour un slam qui le mènera tout en haut du Zénith. Et lorsqu'il invite le public à monter sur scène pour danser le Bird n'Roll, c'est une cinquantaine de personnes qui répond à l'appel.
Parmi les titres interprétés : Bird n'roll, Tom Cloudman, Jedi, Tais-toi mon coeur, Miss acacia...
Là encore on nous offre du show, là encore on bouge et on passe un excellent moment, sous une pluie de plumes rouges, qui jonchent la scène à la fin du spectacle.http://fbcdn-sphotos-d-a.akamaihd.net/hphotos-ak-ash3/550872_10151278842707847_438606950_n.jpg
Pour clore la soirée avant le DJ set final, c'est Kavinski qui se présente sur scène. Il semble qu'une partie du public soit venue pour lui. En ce qui me concerne, il s'agit de musique électro, ce qui n'est pas du tout ma tasse de café ! Je ne porterai donc aucun jugement sur la qualité du set, je n'y connais absolument rien, et je ne sais d'ailleurs pas si l'artiste est connu dans le métier. Le public a l'air de bien bouger, pour ma part je ne vois pas l'intérêt de ce type de spectacle dans une salle de concert, sauf si c'était pour la transformer en dancefloor géant, ce qui ne me semble pas être le cas ce soir. En effet, regarder un type qui reste derrière ses platines sans quasiment bouger... ça me laisse perplexe. Je n'assisterai pas à la totalité de son set, mais je repartirai en ayant passé une excellente soirée, grâce à Skip the use et surtout Dionysos !




Repost 0
Published by isalil - dans Musique
commenter cet article
25 novembre 2012 7 25 /11 /novembre /2012 19:01

Volo en concert à La Maladrerie Saint Lazare à Beauvais, le 16 novembre 2012
Tout d'abord un mot suhttp://fbcdn-sphotos-d-a.akamaihd.net/hphotos-ak-prn1/68459_10151274650432847_1035953526_n.jpgr le site, magnifique.http://fbcdn-sphotos-c-a.akamaihd.net/hphotos-ak-ash3/533596_10151274654537847_1843378514_n.jpg http://fbcdn-sphotos-a-a.akamaihd.net/hphotos-ak-ash3/532345_10151274656512847_2071157223_n.jpg

Une ancienne maladrerie donc, avec une chapelle, la salle de concert en elle-même étant une ancienne grange, avec piliers, arcades et poutres apparentes.
Puis un petit mot pour présenter Volo. Volo, ce sont les frères Volovitch, Frédéric et Olivier, respectivement chanteur-guitariste et régisseur au sein des Wriggles. Mais la musique de Volo est bien différente de celle des Wriggles. Si l'on retrouve sur certaines chansons l'humour du célèbre groupe et quelques chansons engagées, le répertoire des frangins est composé également de jolies chansons tendres.
http://fbcdn-sphotos-h-a.akamaihd.net/hphotos-ak-ash3/63709_10151278830027847_1535526690_n.jpgSur scène, les deux frères (qui jouent tous deux de la guitare) sont accompagnés d'une basse et d'une batterie. Les chansons se succèdent, dans le désordre : Elisa, le MEDEF, Tu m'fais marrer (bébé), Le bonheur, Fiston (Joli moment, j'attendais particulièrement cette chanson car c'est celle que je connais le mieux), Dimanche, Tu connais, Toujours à côté, C'est pas tout ça, Les lapins, L'interprétation, Allons enfants, C'est pas grand c'qu'on vit, Montréal, Réguler, Mon café préféré, J'ai r'trouvé, T'es belle, C'est quoi le nom, Fille en fleur, On...
Ce n'est pas un concert où ça bouge beaucoup, même si le public réagit et frappe des mains sur quelques chansons. Ce n'est pas non plus un concert où on se retrouve avec les larmes au bord des yeux, même s'il y a de beaux moments d'émotion (j'ai en mémoire une chanson adressée à leur soeur, très belle, dont je n'ai pas retrouvé le titre). Mais c'est un concert où on passe un très bon moment, où l'on ne s'ennuie pas une seule seconde, et dont on ressort avec le sentiment d'avoir passé un joli moment, plein de douceur. Alors oui, j'ai beaucoup aimé ce concert, oui, je vous conseille d'aller les voir s'ils passent par chez vous et oui, si l'occasion se présente je retournerai les voir, avec plaisir.

 

 

Repost 0
Published by isalil - dans Musique
commenter cet article
17 novembre 2012 6 17 /11 /novembre /2012 15:10

Peio et L au Palace de Montataire le 13 novembre 2012.
http://fbcdn-sphotos-e-a.akamaihd.net/hphotos-ak-prn1/553925_10151275312037847_1495817944_n.jpgOn commence donc avec Peio, groupe d'origine basque établi en Picardie depuis plusieurs années.
Deux guitares, une basse, une batterie, pour une musique sympathique mais pas mémorable, hormis une petite bluette entraînante, Rose. On passe cependant un plutôt bon moment.
Parmi les titres interprétés : Rose, Le silence est d'or, De Gibraltar, Mon âme a pleuré, Petite fleur.

http://fbcdn-sphotos-d-a.akamaihd.net/hphotos-ak-prn1/46071_10151275323537847_1960176960_n.jpgAprès un changement de plateau, c'est L qui prend place sur la scène. L, c'est une grande tige blonde, toute habillée de noir, qui semble à première vue plutôt réservée. Mais L, c'est aussi une artiste habitée, une jolie fêlure dans la voix et des textes ciselés. Pour l'accompagner, un clavier, un violoncelle, une basse (ou guitare ?) et une batterie.
Certes, ce n'est pas le genre de concert dans lequel vous avez une ambiance de folie. Côté émotion, je ne me souviens pas non plus avoir été saisie, à part peut-être à un moment. Mais c'est une artiste à voir, pour passer un joli moment de musique, tout en douceur, avec aussi de l'énergie lorsque après 3 chansons elle demande au public de se lever.
Côté playlist, L nous a interprété Initiale, Petite, Jalouse, Mescaline, Wishes tree, El Djazaïr, Les corbeaux, Romance et série noire, Mon frère, Pareil (joli moment d'émotion), Mes lèvres, Je fume, Cocaïne...
J'ai lu en diagonale le nom de la grande Barbara associé à celui de L. En sortant du concert, c'est bien à "la longue dame brune" que j'ai pensé, de par la fêlure dans la voix et la diction soignée.
Repost 0
Published by isalil - dans Musique
commenter cet article
17 novembre 2012 6 17 /11 /novembre /2012 13:42

Vendredi 9 novembre 2012 à la Faiencerie de Creil.
La face cachée de la lune, c'est un "concert-spectacle imaginé par Thierry Balasse, avec la complicité de Laurent Dailleau et Yves Godin", d'après l'album The dark side of the moon, des Pink Floyd.
Ce spectacle n'est pas une adaptation en français de The dark side of the moon, c'est la recréation en live des conditions d’enregistrement de l'album. Le titre prend donc tout son sens, puisque ce spectacle nous permet de voir la face cachée de l'album... Pour cela, les artistes ont tenu à utiliser les synthé analogiques d'époque. C'est aussi un concert pour pendule à balancier, réveils, caisse enregistreuse et papier déchiré. Un concept très intéressant.
Au centre de la scène, nous avons donc les synthétiseurs, les chanteurs étant placés à l'arrière de la scène. Je ne connais pas assez bien l'album original pour pouvoir affirmer qu'il y avait tous les titres, mais en tous cas il ne devait pas en manquer beaucoup. The great gig in the sky fut interprété par une seule chanteuse (Elisabeth Gilly) qui à mes yeux n'égale pas Sam Brown, mais nous a tout de même livré une belle performance vocale. Le choix du chanteur (Yannick Baudruche) et des choristes m'a paru judicieux et m'a semblé donner un rendu proche de ce que l'on peut entendre dans l'album.
Dans le spectacle, il y a par ailleurs "intrusion" de petits extraits de titres ne figurant pas sur The dark side of the moon, comme l'intro d'Echoes.
Je ne sais pas ce qu'en auront pensé les fans "puristes" de Pink Floyd, mais pour ma part j'ai bien aprécié.
Après le concert, nous avons eu un bord de plateau avec Thierry Balasse, qui nous a expliqué la genèse du spectacle et a répondu aux questions des spectateurs.

Pour ceux que ça intéresse, je vous propose la liste des synthétiseurs et instruments utilisés :
Sythétiseurs analogiques Minimoog et Synthi AKS; VSC3, Moog Source, batterie, basse, guitare, piano à queue, synthéiseur Nordstage, orgue Hammond, piano électrique Wurlitzer.

Extrait du spectacle : Money


 
Repost 0
Published by isalil - dans Musique
commenter cet article
20 octobre 2012 6 20 /10 /octobre /2012 15:08

Overdrive festival à Chaulnes le 13 octobre 2012.
On commence avec Etté, du rock français qui envoie, mais qui pour ma part ne m'emporte pas.
Viennent ensuite les Plaxmol, qui débutent leur set par une reprise revisitée de Purple rain, de Prince. Ils nous proposeront ensuite d'autres reprises, principalement des 70's. Le groupe n'est pas mauvais, mais je ne suis pas conquise.

Le groupe qui suit est Hundred seventy split, groupe qui comprend deux ex membres des Ten years after. Là, on sent qu'on est très nettement monté en qualité, rien à voir avec les groupes précédents. les mecs assurent un max et font bouger le public et, même si ce n'est pas plus que ça un style que j'affectionne, je passe un bon moment.

http://fbcdn-sphotos-h-a.akamaihd.net/hphotos-ak-ash3/556979_10151222260292847_1876410366_n.jpgArrivent ensuite les Canned Heat, très attendus par le public. Ce nom ne vous dit peut-être rien (comme c'était mon cas), mais sachez qu'On the road again, c'est eux !

Un groupe de blues mythique, donc, ils ont même fait Woodstock ! Là aussi, forcément, ça assure !!! Ils enchaînent les titres pour le plus grand plaisir du public, s'échangent les instruments (seul le batteur restera toujours au même poste) histoire de nous montrer que leurs talents sont multiples, bref, voilà un groupe mythique que je ne connaissais pas (sauf... On the road again, pour ceux qui n'auraient pas suivi précédemment) mais qui valait la peine d'être découvert ! Les quincagénaires et sexagénaires du public, eux, ne s'y trompent pas. Et sur scène, les papys du blues nous montrent qu'ils ont encore largement la pêche !
Après deux rappels, ils quittent la scène pour laisser la place à ceux pour http://fbcdn-sphotos-f-a.akamaihd.net/hphotos-ak-ash3/522338_10151222261847847_1278829019_n.jpglesquels je suis venue : The Hyènes, dont j'ai déjà parlé ici et . Mais le public, venu en grande majorité pour Canned Heat, a déserté la salle, et nous sommes peu nombreux pour les applaudir. De ce fait, l'ambiance aura du mal à s'installer, et ce n'est qu'au rappel que ça commencera vraiment à chauffer, sauter, danser et pogoter dans le public. Ce qui ne m'empêche pas pour ma part de bouger dès la troisième ou quatrième chanson, sur le rythme entraînant de leur musique. Ils nous proposent pas mal de titres de leur tout nouvel album Peace and Loud (Die Deutschen, On dormira quand on sera mort, Dead Pompidou'z, La chanson pour emmerder les gens, La peur, Punk is dead, Le pouvoir, Normal), mais également quelques chansons de l'album précédent, telles que L'amour c'est de la merde ou Quand ça gueule, interprétée en rappel et qui réveillera enfin le public.


Sur l'ensemble du concert donc, ce fut un bon moment, surtout avec les trois derniers groupes ; sur The Hyènes uniquement, une petite déception à cause du manque d'ambiance dans le public, parce que ce groupe sur scène m'avait précédemment permis de m'éclater à fond dans une ambiance survoltée, et que j'étais venue pour retrouver ça... ce qui n'a pas été le cas. Mais ils n'y sont pour rien, ils ont assuré leur prestation et Vincent Bosler nous a fait son show comme à son habitude, trouvant toutes les manières possibles et imaginables de jouer de la guitare. Quant à Denis Barthe, on voit qu'il prend plaisir à jouer et c'est communicatif.
A revoir donc, avec un public à la hauteur de la pêche d'enfer qu'ils communiquent sur scène.

Repost 0
Published by isalil - dans Musique
commenter cet article
9 octobre 2012 2 09 /10 /octobre /2012 21:27

http://fbcdn-sphotos-c-a.akamaihd.net/hphotos-ak-ash4/183581_10151200492732847_383841453_n.jpgLes Blérots de Ravel au Palace de Montataire le 29/09/12.
un concert des Blérots de Ravel, ça s'écoute. Pour la musique festive style fanfare, avec accordéon et cuivres, qui donne envie de bouger. Pour les textes bien écrits, parfois humoristiques, parfois émouvants.
Mais un concert des Blérots de Ravel, ça se regarde également, tant leur jeu de scène est recherché, avec changements de place, mises en scène, moments "chorégraphiés", et une énorme expressivité de l'accordéoniste-chanteuse.
C'est donc à un spectacle complet que l'on assiste, histoire de s'en mettre plein les yeux et plein les oreilles. Le public ne s'y trompe pas, qui terminera le concert debout.
Côté setlist, parmi les nombreux titres interprétés, on notera Ta femme, La fin des haricots, la très belle Des bouts de femme, Trois jours de retard, Dans les gares (très belle chanson également, à ranger du côté "émotion"), ou encore Fleur bleue.
Je suis sortie de ce concert totalement conquise : je connaissais peu le groupe auparavant - juste de réputation - et je peux vous affirmer que cette réputation est loin d'être usurpée. Bref, un seul conseil : s'ils passent pas loin de chez vous, courez les voir !

 


 
Repost 0
Published by isalil - dans Musique
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de isalil
  • Le blog de isalil
  • : Mes poèmes, mes coups de coeur, mes états d'âme, mes comptes rendus de concert et ma passion pour un artiste : Cali.
  • Contact

Recherche

Catégories